Le camping sauvage, explications

Amateur d’activités de plein air, vous aimeriez partir à l’aventure cet été, mais pas n’importe où. Pour sortir du grand classique des aires de camping, vous aimerez cette fois tenter quelque chose de nouveau, voire insolite. Le camping sauvage permet de réaliser votre rêve.
C’est le type de vacances qui offre un dépaysement garanti et une liberté totale. Il reste tout de même quelques précautions à prendre.

Qu’est-ce que le camping sauvage ?

Le camping sauvage est une forme de camping que l’on pratique dans un endroit isolé, peu ou non aménagé, voire hostile. La plupart des vacanciers qui optent pour ce type d’hébergement sont particulièrement des randonneurs et cyclotouristes.
Tel un road trip, les campeurs se déplacent d’un lieu à l’autre jusqu’à ce qu’ils trouvent l’endroit idéal pour camper. Pour mieux profiter des paysages et de la beauté de la nature, certains choisissent de parcourir des kilomètres, juste pour l’aventure.
Pour passer la nuit en mode camping sauvage, vous avez le choix entre dormir sous une tente en mode bivouac ou bien louer une caravane ou un camping-car.

Quelles sont les interdictions ?

Bien que le camping sauvage offre une expérience excitante, il faut tout de même rester sur ses gardes. Si ce mode d’hébergement est totalement interdit dans quelques pays, comme en Amérique et en Europe, en France, cette pratique reste tolérée. Cela exclut cependant certaines destinations telles que le camping sur les plages des lieux protégés, sur les voies publiques, dans les sites réservés et classés. Les réserves naturelles interdisent aussi la pratique du camping sauvage. Il est également interdit de camper à moins de 200m de distance à proximité d’un point d’eau réservé à la consommation. Toutes ces interdictions émanent de la réglementation générale du code d’urbanisme.

Quelles sont les sanctions ?

Tout campeur qui s’oppose à ces réglementations sont soumis à une amende telle que prévue dans le code de l’environnement et code pénal. Cela peut s’élever jusqu’à 1 500 € selon le niveau d’infraction : allumage de feux, dépôts de déchets, accès aux sites de nidification, introduction de chiens et bien d’autres encore. Afin de préserver l’environnement, toute personne qui opte pour le camping sauvage se doit de quitter ses sites de campement dans leur état initial.
Un PV de 11€ pour stationnement non autorisé est aussi appliqué aux campeurs qui stationnent leur véhicule la nuit sur une voie publique. Une autorisation au préalable du propriétaire est aussi incontournable pour camper dans un lieu privé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s